2 jours plus tôt

Elom 20ce

A l'aise comme un poison dans l'eau...
#Smile #WaterNoGetEnemy #PoisonDansLeau #MoreThanMusic Pic by Jahjah
... Voir PlusVoir Moins

A laise comme un poison dans leau... 
#Smile #WaterNoGetEnemy #PoisonDansLeau #MoreThanMusic Pic by Jahjah

Commenter sur Facebook

Jures moi que t'es pas tombé.. 😂😂

#elom kossi

Mais Fofo tu n'es vraiment pas à plein dans l'eau..😅

Krkrkr

T'es déjà dans l'eau bro

+ Voir plus de commentaires

4 jours plus tôt

Elom 20ce

#Mood #Tombouctou #afrikaizdaprezent #MoreThanArt #Scientifik #Mystik #Indigo ... Voir PlusVoir Moins

#Mood #Tombouctou #afrikaizdaprezent #MoreThanArt #Scientifik #Mystik #Indigo

6 jours plus tôt

Elom 20ce

"A tous nos frères de l'Université de Lomé, qui passent en ce moment devant le juge pour avoir osé demander de meilleurs lendemains..." #Sôssignalé ! #CampusLomé #EtudiantTogolais #CarUnFouDesFoisEstUtileAuRoi ... Voir PlusVoir Moins

Commenter sur Facebook

Voilà

Humm trop d'amertume dans mon être....

édéfoun koi...

1 semaine plus tôt

Elom 20ce

Non ! Je ne dormais pas ! J'écrivais un p#t@!n de couplet ! On the road with Emebett aka akua naru ! #Travel #Plan #Organize #Create #FlipThePerspective #Benin #Togo #Asrafo #SleepIsDaCouzinOfDeath ... Voir PlusVoir Moins

Non ! Je ne dormais pas ! Jécrivais un p#t@!n de couplet ! On the road with Emebett aka akua naru ! #Travel #Plan #Organize #Create #FlipThePerspective #Benin #Togo #Asrafo #SleepIsDaCouzinOfDeath

Commenter sur Facebook

Tchiiip. Nous tou.te.s on voit.

Léonora Miano Tchiéeeeee. C'est une technique de l'Égypte Antique ha ha ha 😉

20ce 20ce......

Oui bien sûr, on te crois

courage a toi #elom kossi

Gars demande lui de me send une dédicace I beg!

Enfin jai pu voir la tête de # elom20ce je croyais qu'il avait perdu ses cheveux mdr.quelle est la différence entre elom 20ce et maître gims,QPUC..

Seul vrai Rappeur du Togo bro on te soutien Big up

Elom 20ce l'original...

+ Voir plus de commentaires

1 semaine plus tôt

Elom 20ce

"Ce n'est plus la faim qui nous tue. C'est notre conscience qu'on a enterrée..." Pendant ce temps à l'Université de Lomé. #Sôssignalé #SoyonsPuissang #Lamentations #HaineGratuite #BlacksOnBlacks #LivesHaveValues #Indigo #Amewuga #CampusLomé #EtudiantTogolais ... Voir PlusVoir Moins

Voir sur Facebook

Commenter sur Facebook

La cervelle maigre comme leur salaire. La méchanceté aussi forte que leur haleine. Peuple vil opprime peuple bas. Ceux qui défendent la démocratie au Togo, voici pour vous l'envers du décor #Constat amer#

la consientisation seul, aussi ne suffit pas de vivre, il faut aussi l'action.

c'est ça le vrai visage de l'Afrique.la jeunesse opprimé et martyrisé

Qu'on t'il fait ?

CASTRATION MENTALE....SOSSIGNALÉ...

Humm Des nègres qui battent d'autre nègres comme si on en a pas assez reçu mrd sossignalé

on avait chassé ls colons pour instaurer nos propres frèr sur ls trône, klk années plu tard ls nôtres sont devenu nos pire bourreaux... #Sossignalé

Sossignalé...

Des soldats lui demandèrent à leur tour : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : «Ne faites violence à personne, n’accusez personne à tort >> #evangileselonlesindigenes

hummm TOGO

moi hein c'est affaire de christianisme est venu et les soldats font sa moi si un soldat fait sa avec moi je suis en mes propre droits toute sa famille va pleurer sa mort je suis africain non l'afrique est plein de mystère non donc il va mourir

L'usine qu'a créé ce Militant qui n'est plus de nos jours, a façonné notre pays. Ces soit disant force armée, au lieu d'assurer la sécurité de notre cher pays le Togo, ils battent les jeunes voyants constructeur futur de notre Afrique. Je coule des larmes pour ces drames. Mais...demain a sa parole.

Bien sur quand vous avez des dirigeants voyous dans un État voyou c'est le résultat mon frere

+ Voir plus de commentaires

1 semaine plus tôt

Elom 20ce

#Babalawo dans #Sôssignalé

#Vidéo ici : youtu.be/z6oAaCUeO3E

« Je m’appelle Babalawo. Mon vrai nom est Issok Molé. J’ai été initié dans le ventre de ma mère par les Ancêtres. J’étais très respecté dans mon clan. Je faisais le lien entre les Hommes et leurs Destins. Un jour, des Hommes couleur pain de singe ont débarqué sur nos côtes comme les Ancêtres me l’avaient signifié. Et comme je savais leurs plans pour nos terres, j’avais averti nos notables, et les avais mis en garde. Au fond, personne ne m’avait pris au sérieux. Un matin, ils sont venus nous chercher dans le temple, mes disciples et moi. La sagesse m’a enseigné que « la spiritualité est le privilège des Hommes, et qu’il faut apprendre à acquiescer tout en restant maître de soi », c’est pourquoi, je ne me suis pas permis de répondre à leur barbarie.

L’idée m’est passée par la tête, mais je me suis retenu de leur jeter un sort. J’observais comment ils concevaient le monde. Avec l’aide de certains de nos propres frères, ils ont mis le feu à mon temple, en prenant soin de ramasser tout ce qui était précieux à leurs yeux. Ils nous ont attachés, battus et assommés. Quand j’ai repris conscience, j’étais attaché avec d’autres vigoureux hommes et femmes de mon clan dans le sous sol d’une maison qui appartenait à un Ecossais. Vendus comme de vulgaires esclaves, nous avons fini sur ce navire en direction de l’inconnu. Je n’avais pas dit mon dernier mot, je sais qu’Ifá, par ses astuces, triomphe toujours de la mort.

Dans les cales du navire, j’ai rassemblé mes camarades comme l’avait fait Kimpa Vita, et comme le fera des années plus tard Walter Rodney ou Amzat Boukari pour la libération de notre peuple. Bien organisés, nous avons à coup d’incantations, brisé nos chaînes, et attaqué les chefs du négrier. L’affrontement fut rude, mais leurs nombres, le feu que crachait leurs fusils et leur sauvagerie ont eu raison de nous. C’est vivant que j’ai été jeté dans la mer pour servir de festin aux requins. Je n’étais pas seul. Bien sûr, connaissant les lois de la nature, je me suis adapté à mon nouveau milieu. Malheureusement, je suis resté prisonnier de ma nouvelle enveloppe tissée de lumière. En attendant qu’une sépulture, et des funérailles se fassent pour que nous puissions définitivement rejoindre nos terres, je continue d’errer sur ses plages en quête de repos.

L’autre jour, des corps ont plu du ciel. Une libellule en fer les vomissait. Beaucoup étaient des corps privés de souffle. Certains avaient des cœurs qui battaient encore. La plupart étaient morts. Avec d’autres Esprits de Lumière, nous sommes allés à leur secours. De par ce qu’ils nous ont raconté, le cœur des Hommes n’a pas réellement changé sur terre. Nous les avons accompagnés jusqu’à la berge. Ensuite, j’ai continué ma promenade. Quand j’ai vu Chimène, ce matin là encore, avec une tige à la main, dessinant des symboles dans le sable, je me suis décidé à aller voir le contenu de ses dessins : Sôssignalé ecrit en Hiéroglyphes. Sôssignalé qui veut dire en Ewé, l’Avenir détient le dernier mot. » #Babalawo, #Elom20ce*, Anyigba, 13 Juin 2071 pour Sôssignalé Part. 7 (04 : 35 à 04:50 )
PS : La vie est un puzzle, dont les pièces n’arrivent pas forcément dans le bon ordre. Déjà parus :

Les Corps sur la berge : Part. 1 (00 : 00 à 00:33 )
La Petite Fille (Chimène) : Part. 2 (00:33 à 1:00)
Le Fou (Achille) : Part. 3 (1:20 à 2:16)
La Grand-mère : Part. 4 (2:20 à 2 :36) + (2:47 à 2 :56)
Prince Mo & Sweet Ginger : Part. 5 (2:37 à 3:04)
Le Vieux et le Totem : Part. 6 (03:26 à 04:02)
... Voir PlusVoir Moins

#Babalawo dans #Sôssignalé

#Vidéo ici : https://youtu.be/z6oAaCUeO3E
 
« Je m’appelle Babalawo. Mon vrai nom est Issok Molé. J’ai été initié dans le ventre de ma mère par les Ancêtres.  J’étais très respecté dans mon clan. Je faisais le lien entre les Hommes et leurs Destins. Un jour, des Hommes couleur pain de singe ont débarqué sur nos côtes comme les Ancêtres me l’avaient signifié. Et comme je savais leurs plans pour nos terres, j’avais averti nos notables, et les avais mis en garde. Au fond, personne ne m’avait pris au sérieux. Un matin, ils sont venus nous chercher dans le temple, mes disciples et moi. La sagesse m’a enseigné que « la spiritualité est le privilège des Hommes, et qu’il faut apprendre à acquiescer tout en restant maître de soi », c’est pourquoi, je ne me suis pas permis de répondre à leur barbarie.

L’idée m’est passée par la tête, mais je me suis retenu de leur jeter un sort. J’observais comment ils concevaient le monde. Avec l’aide de certains de nos propres  frères, ils ont mis le feu à mon temple, en prenant  soin de ramasser tout ce qui était précieux à leurs yeux. Ils nous ont attachés, battus et assommés. Quand j’ai repris conscience, j’étais attaché avec d’autres vigoureux hommes et femmes de mon clan dans le sous sol d’une maison qui appartenait à un Ecossais. Vendus comme de vulgaires esclaves, nous avons fini sur ce navire en direction de l’inconnu. Je n’avais pas dit mon dernier mot, je sais qu’Ifá, par ses astuces, triomphe toujours de la mort.

Dans les cales du navire, j’ai rassemblé mes camarades comme l’avait fait Kimpa Vita, et comme le fera des années plus tard Walter Rodney ou Amzat Boukari pour la libération de notre peuple. Bien organisés, nous avons à coup d’incantations, brisé nos chaînes, et attaqué les chefs du négrier. L’affrontement fut rude, mais leurs nombres, le feu que crachait leurs fusils et leur sauvagerie ont eu raison de nous. C’est vivant que j’ai été jeté dans la mer pour servir de festin aux requins.  Je n’étais pas seul. Bien sûr, connaissant les lois de la nature, je me suis adapté à mon nouveau milieu. Malheureusement, je suis resté prisonnier de ma nouvelle enveloppe tissée de lumière. En attendant qu’une sépulture, et des funérailles se fassent pour que nous puissions définitivement rejoindre nos terres, je continue d’errer sur ses plages en quête de repos. 

L’autre jour, des corps ont plu du ciel. Une libellule en fer les vomissait. Beaucoup étaient des corps privés de souffle. Certains avaient des cœurs qui battaient encore. La plupart étaient morts. Avec d’autres Esprits de Lumière, nous sommes allés à leur secours. De par ce qu’ils nous ont raconté, le cœur des Hommes n’a pas réellement changé sur terre. Nous les avons accompagnés jusqu’à la berge. Ensuite, j’ai continué ma promenade. Quand j’ai vu Chimène, ce matin là encore, avec une tige à la main, dessinant des symboles dans le sable, je me suis décidé à aller voir le contenu de ses dessins : Sôssignalé ecrit en Hiéroglyphes. Sôssignalé qui veut  dire en Ewé, l’Avenir détient le dernier mot. » #Babalawo, #Elom20ce*, Anyigba, 13 Juin 2071 pour Sôssignalé Part. 7 (04 : 35 à 04:50 )
PS : La vie est un puzzle, dont les pièces n’arrivent pas forcément dans le bon ordre. Déjà parus :

Les Corps sur la berge : Part. 1 (00 : 00 à 00:33 )
La Petite Fille (Chimène) : Part. 2 (00:33 à 1:00)
Le Fou (Achille) : Part. 3 (1:20 à 2:16)
La Grand-mère : Part. 4 (2:20 à 2 :36) + (2:47 à 2 :56)
Prince Mo & Sweet Ginger : Part. 5 (2:37 à 3:04)
Le Vieux et le Totem : Part. 6 (03:26 à 04:02)

2 semaines plus tôt

Elom 20ce

Mesdames, Messieurs, attachez vos ceintures et embarquez dans #Woodinomad Part. 1. Woodinomad est un concept porté par Elom 20ce en collaboration avec Woodin. L’objectif de ce projet est d’apporter l'Art aux populations à travers des performances scéniques inédites. Tel un nomade, l'Artiste investit les espaces publics, transportant et partageant le lot de découvertes accumulées le long de son incessant voyage. La première édition de Woodinomad s'est déroulée à l’Université de Lomé. Bon voyage et Weekend ! PeaceWoodinomad est un concept porté Elom 20ce en collaboration avec Woodin. L’objectif de ce projet est d’apporter l'Art aux populations à travers des performanc... ... Voir PlusVoir Moins

Commenter sur Facebook

Ça fait toujours du bien de suivre Elom sur scène.Force à toi Elom monument des bons messages.

Woodinomad! Vodou sakpata!! Bravo!!

Bravo

Jte kiff grav man.tu fai la fierte du vrai rap.celui de la rue O comencement etai la parole

2 semaines plus tôt

Elom 20ce

Teaser - Woodinomad
On peut passer à autre chose maintenant ? RDV Demain 9 Juin pour #Woodinomad Part. 1 ! On va jafoul 😉 Stay tchoun ! Une production de Woodin, réalisée par Rex Créativity Philms ! Peace
... Voir PlusVoir Moins

Teaser - Woodinomad

Commenter sur Facebook

C'est la vidéo de votre live en Mai dernier ?

Yes Laetitia Normand 😉

#Sossignalé

3 semaines plus tôt

Elom 20ce

"Le visage de nos stigmates, les yeux chargés d'orage, éjacule des Soleils qui se dressent au dessus de nos têtes. Cercles de feu, Verticales auréoles, Roues sacrées qui tournent dans le sens contraire de l'aiguille d'une montre. Le futur se révèle quand le présent visite le passé... L'adage raconte que c'est l'enfant qui savait se laver les mains qui a su manger à la table des Anciens... 2071, je continue de développer ces axiomes qui ornent les tombes de nos Pharaons. Je manie le verbe, comme on jette des cauris au sol, Fa ! Comme un multiplie des prières, Man ! C'est la mathématique hors chiffres : Des éclairs de mots qui électrocutent les cerveaux... Ça fait un bail que je ne rappe plus, je distribue des gifles, je crache des hiéroglyphes, j'exorcise notre peine, j'ouvre les Esprits comme les canettes : Ainsi soit-il... Bénies soient-Elles, les Aligossi qui veillent sur le temple qui héberge mon sang, mon Esprit, mon Âme. Les Ténèbres m'ont tendu un verre remplie d'ombres. Un gouffre sans fond, un trou abyssal. Quand j’y ai plongé mon regard, j'ai vu l'Ame de nos Elites en apnée dans un néant infini. Leurs corps sont là mais leurs Esprits sont en cage... Au fond, Nous sommes des Miracles qui nagent dans des mirages..." #MathematikHorsChiffres, #HyenesEtVautours, Nous sommes des Miracles, 5 Juin 2071, Anyigba, #Elom 20ce. Pic by Jahjah ... Voir PlusVoir Moins

Le visage de nos stigmates, les yeux chargés dorage, éjacule des Soleils qui se dressent au dessus de nos têtes. Cercles de feu, Verticales auréoles, Roues sacrées qui tournent dans le sens contraire de laiguille dune montre. Le futur se révèle quand le présent visite le passé... Ladage raconte que cest lenfant qui savait se laver les mains qui a su manger à la table des Anciens... 2071, je continue de développer ces axiomes qui ornent les tombes de nos Pharaons. Je manie le verbe, comme on jette des cauris au sol, Fa ! Comme un multiplie des  prières, Man ! Cest la mathématique hors chiffres : Des éclairs de mots qui électrocutent les cerveaux... Ça fait un bail que je ne rappe plus, je distribue des gifles, je crache des hiéroglyphes, jexorcise notre peine, jouvre les Esprits comme les canettes : Ainsi soit-il... Bénies soient-Elles, les Aligossi qui veillent sur le temple qui héberge mon sang, mon Esprit, mon Âme. Les Ténèbres mont tendu un verre remplie dombres. Un gouffre sans fond, un trou abyssal. Quand j’y ai plongé mon regard,  jai vu lAme de nos Elites en apnée dans un néant infini. Leurs corps sont là mais leurs Esprits sont en cage... Au fond, Nous sommes des Miracles qui nagent dans des mirages... #MathematikHorsChiffres, #HyenesEtVautours, Nous sommes des Miracles, 5 Juin 2071, Anyigba, #Elom 20ce. Pic by Jahjah

Commenter sur Facebook

Vraiment des miracles!!!!!

Invincible,tel une épée et son maître samouraï Elom20ce et ses mots, jamais,ça ne mourra

3 semaines plus tôt

Elom 20ce

🌺 Les #Corps sur la berge dans #Sôssignalé

#Vidéo ici : youtu.be/z6oAaCUeO3E

“La mer a eu la nausée toute cette nuit là. Sa quiétude était dérangée par le bruit des hélices de cette libellule en acier venue planer au-dessus d'elle. Elle était habituée aux cadavres, mais cette partie d’elle qui caresse les côtes du Golfe de Guinée n'avait jamais eu à porter dans ses entrailles des corps criblés de balles. Elle se débattait pour nous vomir le plus tôt possible.

La libellule en acier, nous avait en effet déversés en haute mer. Il fallait faire disparaitre les corps avant que les organisations de défense des droits de l'homme ne salissent encore le nom du pays.

J'ai fait le mort pour survivre. Une femme enceinte, fauchée par les rafales de balles, s'était écroulée sur moi. C'est à elle que je dois la vie sauve jusqu'à ce que je ne perde connaissance dans l'océan atlantique. Son corps massif absorbait toutes les balles qui sifflaient autour de moi, sauf celle qui a réussi à traverser mon fémur.

C'était pourtant une marche pacifique que nous faisions. Dans nos rangs, des enseignants qui demandaient à être traités comme des Etres humains. Deux semaines plus tôt, c'était le corps médical qui était monté au créneau. Les médecins n'en pouvaient plus d'exercer leur noble métier dans un amas de ruine semblable à un cimetière. Ils n'ont certes pas eu gain de cause mais personne n'a ouvert le feu. Pareil pour ces journalistes qui travaillaient pour un media dont la fermeture a fait plus rire que pleurer. On dirait un épisode de la série télévisée ivoirienne "Faut pas fâcher."

Bref, le jour là, ça a tiré proprement. Ce fut court mais efficace. La foule s'est évaporée. Des corps sont tombés. Et moi planqué sous cette femme, les yeux fermés évitant de voir l'horreur, faisant le mort.

Quand ils sont venus nous ramasser, j'étais couvert de sang. Ils m'ont pris pour mort et m'ont jeté dans le camion avec les autres cadavres. C'est entassé comme des ordures que nous avons pénétrés ce camp où nous attendait la libellule en acier. Le pilote était un européen. Il parlait mal français. On dirait un Ukrainien ou un Russe. Il enchainait les cigarettes, comme si sa vie en dépendait. Des gauloises qu'on ne trouvait plus sur le marché. Je respirais difficilement. Je n'étais pas censé être vivant...

La nuit tombée, la libellule s'est envolée avec nous. Nous avons tous finis dans le ventre de la mer. J'ai essayé de nager mais ma force de syndicaliste m'avait quittée. Mon pied droit traversé par une balle ne m'aidait pas. J'ai paniqué. C'est en ce moment j'ai commencé par mourir. L'eau me pénétrait par tous les orifices. La bouche principalement. Je m'enfonçais dans l'océan. Je n'avais plus de force. Je me laissais faire, m'engloutir dans ce néant liquide. Ma vision devenait de plus en plus floue. C'est là que j'ai aperçu des hommes et des femmes recouverts d'habits de lumière venir à mon secours. Quand ils m'ont touché, j'ai perdu connaissance...

Là, je me retrouve coucher sur la berge le sable plein la bouche et les oreilles. Mes camarades et moi attendant qu'on vienne nous trouver, palabrer sur notre sort et nous enterrer. J'essaie encore de m'accrocher à la vie mais je suis à bout de souffle. Je n'en peux plus. La chance ne nous sourit pas éternellement. Je serai déjà mort s'il n'y avait pas eu cette femme puis ces Esprits dans l'océan venus à mon secours. L'un d'eux répond au nom de Babalawo. Il m'a dit qu'il faut mourir pour renaitre, m'a porté jusqu'à la berge pour me laisser décider de mon sort. Son histoire à lui est à couper le souffle. J'ai rendu le mien en prenant le soin de lui raconter mon histoire pour qu’il vous la restitue..." #Babalawo, #Elom20ce*, Anyigba, 03 Juin 2071 pour Sôssignalé Part. 1 (00 : 00 à 00:33 )

PS : La vie est un puzzle, dont les pièces n’arrivent pas forcément dans le bon ordre. Déjà parus :

La Petite Fille (Chimène) : Part. 2 (00:33 à 1:00)
Le Fou (Achille) : Part. 3 (1:20 à 2:16)
La Grand-mère : Part. 4 (2:20 à 2 :36) + (2:47 à 2 :56)
Prince Mo & Sweet Ginger : Part. 5 (2:37 à 3:04)
Le Vieux et le Totem : Part. 6 (03:26 à 04:02)
... Voir PlusVoir Moins

🌺 Les #Corps sur la berge dans #Sôssignalé

#Vidéo ici : https://youtu.be/z6oAaCUeO3E

“La mer a eu la nausée toute cette nuit là. Sa quiétude était dérangée par le bruit des hélices de cette libellule en acier venue planer au-dessus delle. Elle était habituée aux cadavres, mais cette partie d’elle qui caresse les côtes du Golfe de Guinée navait jamais eu à porter dans ses entrailles des corps criblés de balles. Elle se débattait pour nous vomir le plus tôt possible.

La libellule en acier, nous avait en effet déversés en haute mer. Il fallait faire disparaitre les corps avant que les organisations de défense des droits de lhomme ne salissent encore le nom du pays. 

Jai fait le mort pour survivre. Une femme enceinte, fauchée par les rafales de balles, sétait écroulée sur moi. Cest à elle que je dois la vie sauve jusquà ce que je ne perde connaissance dans locéan atlantique. Son corps massif absorbait toutes les balles qui sifflaient autour de moi, sauf celle qui a réussi à traverser mon fémur. 

Cétait pourtant une marche pacifique que nous faisions. Dans nos rangs, des enseignants qui demandaient à être traités comme des Etres humains. Deux semaines plus tôt, cétait le corps médical qui était monté au créneau. Les médecins nen pouvaient plus dexercer leur noble métier dans un amas de ruine semblable à un cimetière. Ils nont certes pas eu gain de cause mais personne na ouvert le feu. Pareil pour ces journalistes qui travaillaient pour un media dont la fermeture a fait plus rire que pleurer. On dirait un épisode de  la série télévisée ivoirienne Faut pas fâcher.

Bref, le jour là, ça a tiré proprement. Ce fut court mais efficace. La foule sest évaporée. Des corps sont tombés. Et moi planqué sous cette femme, les yeux fermés évitant de voir lhorreur, faisant le mort.

Quand ils sont venus nous ramasser, jétais couvert de sang. Ils mont pris pour mort et mont jeté dans le camion avec les autres cadavres. Cest entassé comme des ordures que nous avons pénétrés ce camp où nous attendait la libellule en acier. Le pilote était un européen. Il parlait mal français. On dirait un Ukrainien ou un Russe.  Il enchainait les cigarettes, comme si sa vie en dépendait. Des gauloises quon ne trouvait plus sur le marché. Je respirais difficilement. Je nétais pas censé être vivant...

La nuit tombée, la libellule sest envolée avec nous. Nous avons tous finis dans le ventre de la mer. Jai essayé de nager mais ma force de syndicaliste mavait quittée. Mon pied droit traversé par une balle ne maidait pas. Jai paniqué. Cest en ce moment jai commencé par mourir. Leau me pénétrait par tous les orifices. La bouche principalement. Je menfonçais dans locéan. Je navais plus de force. Je me laissais faire, mengloutir dans ce néant liquide. Ma vision devenait de plus en plus floue. Cest là que jai aperçu des hommes et des femmes recouverts dhabits de lumière venir à mon secours. Quand ils mont touché, jai perdu connaissance... 

Là, je me retrouve coucher sur la berge le sable plein la bouche et les oreilles. Mes camarades et moi attendant quon vienne nous trouver, palabrer sur notre sort et nous enterrer. Jessaie encore de maccrocher à la vie mais je suis à bout de souffle. Je nen peux plus. La chance ne nous sourit pas éternellement. Je serai déjà mort sil ny avait pas eu cette femme puis ces Esprits dans locéan venus à mon secours. Lun deux répond au nom de Babalawo. Il ma dit quil faut mourir pour renaitre, ma porté jusquà la berge pour me laisser décider de mon sort. Son histoire à lui est à couper le souffle. Jai rendu le mien en prenant le soin de lui raconter mon histoire pour qu’il vous la restitue... #Babalawo, #Elom20ce*, Anyigba, 03 Juin 2071 pour Sôssignalé Part. 1 (00 : 00 à 00:33 ) 

PS : La vie est un puzzle, dont les pièces n’arrivent pas forcément dans le bon ordre. Déjà parus :

La Petite Fille (Chimène) : Part. 2 (00:33 à 1:00)
Le Fou  (Achille) : Part. 3 (1:20 à 2:16)
La Grand-mère : Part. 4 (2:20 à 2 :36) + (2:47 à 2 :56)
Prince Mo & Sweet Ginger : Part. 5 (2:37 à 3:04)
Le Vieux et le Totem : Part. 6 (03:26 à 04:02)

Commenter sur Facebook

Le meilleur c'est toi fofo!

KEL SOURCE D'INSPIRATION? Tu es un brave

Fofo elom20ce. Jusqu'où tu IRAS? Tjrs de jours en jours une plume saillante ejaculant des mots poignants ,décalquant et assommant les maux de notre ère comme le marteau de Zorobabel dont parle la bible.tjrs mes respects fofo

Zorobabel c'est qui Sam ? Mawu ne yrawo.

Elom 20ce t l meyeur

Elom 20ce tu es juste bon. Chapeau!

À chaque fois que lis Elom20ce je suis sûr que je lis du bon et du vrai. Chapeau à toi

Cool..envi de continuer la lecture #Elom20ce c'est formidable

Super💓

dommage que les médias au Togo ne veulent pas faire la promotion de ce genre de musique qui nous aide à ouvrir les yeux. Je fais pratiquement les mêmes choses mais ce fut un cauchemars quand un homme de culture bien connu de ce pays aussi bien averti ,me disait " Nous, on ne peut pas être avec toi ,ce que tu fais ne peut pas être vendu ici mais .....en Europe ça va marcher avec toi. Il faut faire des choses comme les toofan et tu verras.... " Je me suis poser la question juste après "est-ce qu'il faut traverser la méditerranée à tout prix pour se faire entendre?" ou il faut forcément quitter le pays ? J'attends vos parts de réponse. Merci

Bon clip frangin

Des paroles qui vont au plus profond pour guérir

+ Voir plus de commentaires

3 semaines plus tôt

Elom 20ce

"J'écris (des livres) parce que j'ai échoué en essayant d'accomplir quelque chose de plus utile... Et comme j'ai appris à écrire, j'utilise l'écriture comme défense contre le desespoir total..." #AyiKweiArmah

Le 20 septembre chez Pauvert et dans toutes les bonnes librairies. J'y ai laissé quelques salves avec quelques camarades comme #AkuaNaru et #AmzatBoukari le tout sous la direction de Queen Léonora Miano #ThingsWeDone #DreamTeam #Arctivism
... Voir PlusVoir Moins

Jécris (des livres) parce que jai échoué en essayant daccomplir quelque chose de plus utile... Et comme jai appris à écrire, jutilise lécriture comme défense contre le desespoir total... #AyiKweiArmah

Le 20 septembre chez Pauvert et dans toutes les bonnes librairies. Jy ai laissé quelques salves avec quelques camarades comme #AkuaNaru et #AmzatBoukari le tout sous la direction de Queen  Léonora Miano #ThingsWeDone #DreamTeam #Arctivism

Commenter sur Facebook

kan tu valide, cè ke cè bon

Tres bon même ! E

4 semaines plus tôt

Elom 20ce

🌺 La #GrandMère dans #Sôssignalé

youtu.be/z6oAaCUeO3E

« J’ai connu mon mari au début des années soixante. C’était un dimanche, à la plage. A cette époque, l’océan atlantique était encore très fécond. Pas besoin d’aller en haute mer pour remplir les filets. Des poissons de tailles inimaginables, venaient s’échouer d’eux-mêmes sur la berge.

Il était accroupi avec d’autres pêcheurs près d’une pirogue. De ses mains, éventrait un poisson, le ménage qu’on fait dans leur corps avant de les faire passer par le feu. Je passais par là, grande bassine sur la tête. Je vendais des arachides bouillies. Des jeunes hommes ont commencé à faire des blagues sur mon popotin. Je leur ai répondu. Ils l’avaient mal pris. Le chef de la bande, sûrement pour montrer son autorité, s’est permis de me gifler. Il suivait la scène, est venu à mon secours et à mis à terre en une fraction de seconde les trois bandits. Il était beau. Son corps dessiné comme l’écorce d’un arbre immortel. Je l’ai présenté à mes parents quelques semaines plus tard, pour ne plus me passer de lui...

La vie n’a pas été tendre avec nous. Mais l’Amour qu’il me portait nous a soutenus pendant toutes ces années de bohême. Il a été le premier à découvrir la couleur de mes cuisses. On était tellement pauvre, que j’ai dû avorter, suite à ma première grossesse. La deuxième, s’est terminée en une fausse couche. J’ai toujours rêvé avoir des filles… J’ai perdu mes deux sœurs dans un accident de voiture. J’ai parfois l’impression de voir leurs Esprits jouer dans la cour de notre maison.

Le Vieux comme on l’appelle chaleureusement, m’a donné deux garçons : Achille et Prince Mo. Achille est devenu soldat. Prince Mo, Artiste. Deux personnalités au tempérament différent qui sont sortis du même ventre. La grossesse d’Achille était difficile. Mon mari fuyant le régime en place, était rentré en clandestinité. Pour noyer ma peine, je buvais de cette bière dont on faisait la pub partout. Le caractère chaud et impétueux d’Achille vient peut-être de là. Je me suis opposée à ce qu’il aille à l’armée, tout comme je me suis opposée à Prince Mo quand il voulait embrasser sa vie d’Artiste. Dans nos sociétés, quelle valeur donnons-nous à ces métiers ? Ai-je échoué en tant que mère ? J’ai sacrifié ma vie, pour que mes fils aient le meilleur. Aujourd’hui à mon âge, je continue de prendre soin d’eux et de les nourrir. Plus au sein certes, mais à tourner cette pâte de farine de maïs qu’ils affectionnent tant. Quand Achille m’a annoncé que Nufiala était de nouveau enceinte et que ce serait une fille, je me suis dit que mon rêve allait enfin se réaliser. Deux petites filles sous mon toit. Chimène grandissait bien. Il ne lui manquait qu’une sœur ou un frère pour qu’elle se sente moins seule. Je priais pour que ce soit une deuxième fille, même si je savais que tout homme rêve d’avoir un fils. Je ne savais pas le cauchemar qui nous attendait. Depuis que le drame est survenu et qu’Achille a perdu la tête, je me suis toujours opposée à l’envoyer dans cette prison. Une vie d’opposition. La place d’un fou n’est pas dans un asile. Un homme qui a mal a besoin d’Amour, pas d’isolation et de médicament. Je me suis opposée à la famille, et ai insisté que mon fils reste à la maison afin que je prenne, moi-même soin de lui. Ils ne l’ont pas porté dans leurs entrailles, ils ne savent pas.

Un fils qui s’égare est peut-être une honte pour son père. Il demeure l’Amour de sa mère. Un Amour que le père n’a peut-être pas su donner, un Amour qu’elle a longtemps idéalisé. L’Afrique, Terre mère, pleure ses fils vaillants, assassinés, exilés, zombifiés... Certains disent que je les ai abandonnés, et que c’est pour ça qu’ils me tournent le dos, mais ils ne voient pas tous les sacrifices que je fais quotidiennement pour eux. Je ne sais pas jusqu’à quand j’aurai la force de tourner cette pâte, de boire cette douleur qui me traverse le dos. J’espère que mes fils comprendront que c’est en se plongeant dans leurs blessures, c’est en regardant vers leurs Terres, qu’ils pourront se faire une place dans ce monde. »

La grand-mère parlait de son mari et de ses fils. Aucun mot ne sortait de sa bouche. Chaque mouvement était une parole. Chaque silence un message. Elle communiquait avec son fils par la pensée. Chimène, comme la diaspora africaine, était toujours dehors, dessinait dans le sable toute cette scène qu’elle connaissait par cœur. Le Vieux et son Totem échangeaient de même que Prince Mo et Sweet Ginger. Ces derniers étaient les seuls qui avaient l’air décontracté dans la maison. Je me suis donc approché pour savoir ce qu’ils se racontaient. Babalawo, #Elom20ce, Anyigba, 29 Mai 2071 pour Sôssignalé Part. 4 (2:20 à 2 :36) + (2:47 à 2 :56)

PS : La vie est un puzzle, dont les pièces n’arrivent pas forcément dans le bon ordre. Déjà paru :

La Petite Fille (Chimène) : Part. 2 (00:33 à 1:00)
Le Fou (Achille) : Part. 3 (1:20 à 2:16)
Prince Mo & Sweet Ginger : Part. 5 (2:37 à 3:04)
Le Vieux et le Totem : Part. 6 (03:26 à 04:02)
... Voir PlusVoir Moins

🌺 La #GrandMère dans #Sôssignalé

https://youtu.be/z6oAaCUeO3E

«  J’ai connu mon mari au début des années soixante. C’était un dimanche, à la plage. A cette époque, l’océan atlantique était encore très fécond. Pas besoin d’aller en haute mer pour remplir les filets. Des poissons de tailles inimaginables, venaient s’échouer d’eux-mêmes sur la berge. 

Il était accroupi avec d’autres pêcheurs près d’une pirogue. De ses mains, éventrait un poisson, le ménage qu’on fait dans leur corps avant de les faire passer par le feu. Je passais par là, grande bassine sur la tête. Je vendais des arachides bouillies. Des jeunes hommes ont commencé à faire des blagues sur mon popotin. Je leur ai répondu. Ils l’avaient mal pris. Le chef de la bande, sûrement pour montrer son autorité, s’est permis de me gifler. Il suivait la scène, est venu à mon secours et à mis à terre en une fraction de seconde les trois bandits. Il était beau. Son corps dessiné comme l’écorce d’un arbre immortel. Je l’ai présenté à mes parents quelques semaines plus tard, pour ne plus me passer de lui... 

La vie n’a pas été tendre avec nous. Mais l’Amour qu’il me portait nous a soutenus pendant toutes ces années de bohême. Il a été le premier à découvrir la couleur de mes cuisses. On était tellement pauvre, que j’ai dû avorter, suite à ma première grossesse. La deuxième, s’est terminée en  une fausse couche.  J’ai toujours rêvé avoir des filles… J’ai perdu mes deux sœurs dans un accident de voiture. J’ai parfois l’impression de voir leurs Esprits jouer dans la cour de notre maison.

Le Vieux comme on l’appelle chaleureusement, m’a donné deux garçons : Achille et Prince Mo. Achille est devenu soldat. Prince Mo, Artiste. Deux personnalités au tempérament différent qui sont sortis du même ventre. La grossesse d’Achille était difficile. Mon mari fuyant le régime en place, était rentré en clandestinité. Pour noyer ma peine, je buvais de cette bière dont on faisait la pub partout. Le caractère chaud et impétueux d’Achille vient peut-être de là. Je me suis opposée à ce qu’il aille à l’armée, tout comme je me suis opposée à Prince Mo quand il voulait embrasser sa vie d’Artiste. Dans nos sociétés, quelle valeur donnons-nous à ces métiers ? Ai-je échoué en tant que mère ? J’ai sacrifié ma vie, pour que mes fils aient le meilleur. Aujourd’hui à mon âge, je continue de prendre soin d’eux et de les nourrir. Plus au sein certes, mais à tourner cette pâte de farine de maïs qu’ils affectionnent tant. Quand Achille m’a annoncé que Nufiala était de nouveau enceinte et que ce serait une fille, je me suis dit que mon rêve allait enfin se réaliser. Deux petites filles sous mon toit. Chimène grandissait bien. Il ne lui manquait qu’une sœur ou un frère pour qu’elle se sente moins seule. Je priais pour que ce soit une deuxième fille, même si je savais que tout homme rêve d’avoir un fils. Je ne savais pas le cauchemar qui nous attendait. Depuis que le drame est survenu  et qu’Achille a perdu la tête, je me suis toujours opposée à l’envoyer dans cette prison. Une vie d’opposition. La place d’un fou n’est pas dans un asile. Un homme qui a mal a besoin d’Amour, pas d’isolation et de médicament. Je me suis opposée à la famille, et ai insisté que mon fils reste à la maison afin que je prenne, moi-même soin de lui. Ils ne l’ont pas porté dans leurs entrailles, ils ne savent pas.

Un fils qui s’égare est peut-être une honte pour son père. Il demeure l’Amour de sa mère. Un Amour que le père n’a peut-être pas su donner, un Amour qu’elle a longtemps idéalisé. L’Afrique, Terre mère, pleure ses fils vaillants, assassinés, exilés, zombifiés... Certains disent que je les ai abandonnés, et que c’est pour ça qu’ils me tournent le dos, mais ils ne voient pas tous les sacrifices que je fais quotidiennement pour eux. Je ne sais pas jusqu’à quand j’aurai la force de tourner cette pâte, de boire cette douleur qui me traverse le dos. J’espère que mes fils comprendront que c’est en se plongeant dans leurs blessures, c’est en regardant vers leurs Terres, qu’ils pourront se faire une place dans ce monde. »

La grand-mère parlait de son mari et de ses fils. Aucun mot ne sortait de sa bouche. Chaque mouvement était une parole. Chaque silence un message. Elle communiquait avec son fils par la pensée. Chimène, comme la diaspora africaine, était toujours dehors, dessinait dans le sable toute cette scène qu’elle connaissait par cœur. Le Vieux et son Totem échangeaient de même que Prince Mo et Sweet Ginger. Ces derniers étaient les seuls qui avaient l’air décontracté dans la maison. Je me suis donc approché pour savoir ce qu’ils se racontaient. Babalawo, #Elom20ce, Anyigba, 29 Mai 2071 pour Sôssignalé Part. 4 (2:20 à 2 :36) + (2:47 à 2 :56)

PS : La vie est un puzzle, dont les pièces n’arrivent pas forcément dans le bon ordre. Déjà paru :

La Petite Fille (Chimène) : Part. 2 (00:33 à 1:00)
Le Fou  (Achille) : Part. 3 (1:20 à 2:16)
Prince Mo & Sweet Ginger : Part. 5 (2:37 à 3:04)
Le Vieux et le Totem : Part. 6 (03:26 à 04:02)

Commenter sur Facebook

Hummm.....

Deep

Ça c'est trop lourd,j'ai l'impression d'écouté une vodou-ssi en transe,elle parle a travers toi la mère nature,tu est un pharaon. #SOSSIGNALÉ

Une mère...

Hmmmmmm trop lourd! La vie. #Sòssignalé

J'ai du mal a atterir!Encore l'impression de planer dans ce melange bien fait de la Bonne soupe de Grand mere....

qui es tu #Elom? tu m'emporte souven tro loin

Elom c trop lourd koi.dilue un peu .mai bon j kif

Elom 20ce tro cool

QUELLE HISTOIRE

Au debut je voulais juste lire quelques puis la rethorique et la force des vers m'ont emporter.j ne voulai plu que ca finisse Elom 20ce ca c'est de l'ecriture.chapeau

Très beau

+ Voir plus de commentaires

4 semaines plus tôt

Elom 20ce

« Ecoute la langue de ton cœur. Elle est plus pure que celle qui articule les mots. Ce matin, je suis allé sur un coup de tête saluer Madina. Elle préparait la pâte de maïs pour Bayi, sa sœur. Elle m'a dressé une table et m'a invité à manger. Elle m'a présenté trois sauces. J'ai choisi la sauce Gombo et me suis lavé les mains...

Je me suis réveillé ce matin conscient d'Etre béni. Conscient que rien de Durable ne se fait sans Amour… Au dessus de nos têtes, le ciel a récemment beaucoup tremblé. Les nuages sombres au plafond ont annoncé des lucioles… Même si les gens vous prennent pour des cons parce que vous les aimez, restez bons. Kokoè m’a rappelé ce matin que celui qui en veut à l’enfant seul, sera foudroyé. En langue originelle : Amé dé bé ya sô noukou bada sô kpô Akongobévia. Ahon la poé ! A mes #Angesaignants, #AuxFemmesDeMaVie #AuxFreresAussi, #IfYouKnew #NéMiGnadé #PetitDéjeunerQuelquePartSurTerre #GardezVosCornflakes. 29 mai 2071, Elom 20ce
... Voir PlusVoir Moins

« Ecoute la langue de ton cœur. Elle est plus pure que celle qui articule les mots. Ce matin, je suis allé sur un coup de tête saluer Madina. Elle préparait la pâte de maïs pour Bayi, sa sœur. Elle ma dressé une table et ma invité à manger. Elle ma présenté trois sauces. Jai choisi la sauce Gombo et me suis lavé les mains... 

Je me suis réveillé ce matin conscient dEtre béni. Conscient que rien de Durable ne se fait sans Amour… Au dessus de nos têtes, le ciel a récemment beaucoup tremblé. Les nuages sombres au plafond ont annoncé des lucioles… Même si les gens vous prennent pour des cons parce que vous les aimez, restez bons.  Kokoè m’a rappelé ce matin que celui qui en veut à l’enfant seul, sera foudroyé. En langue originelle : Amé dé bé ya sô noukou bada sô kpô Akongobévia. Ahon la poé ! A mes #Angesaignants, #AuxFemmesDeMaVie #AuxFreresAussi, #IfYouKnew #NéMiGnadé #PetitDéjeunerQuelquePartSurTerre #GardezVosCornflakes. 29 mai 2071, Elom 20ce

Commenter sur Facebook

Atchotchiiiiiiiiii😍😚

midounou loooo Elom...

Respect frère de la nature

fofo merci pour ce repas délicieux! l'Afrique a beaucoup des choses nature papa BAGARA nous a confirmé sa

👌

Fofo mougniba looo

Misterieux vodou sakpata.

Akpé ! Merci ! Thanks ! : youtu.be/z6oAaCUeO3E

+ Voir plus de commentaires

1 mois plus tôt

Elom 20ce

⚡ Le #Vieux et le #Totem dans #Sôssignalé

🌸 🎥: youtu.be/z6oAaCUeO3E

« Totem : Hey le vieux qui ne vieillit pas ! Pourquoi fais-tu cette tête en cette belle journée ensoleillée ? Hum, c’est encore à cause de ton fils qui nous casse les oreilles là ?

Vieux : Avant de tuer la poule, on lui donne à boire ! Bou do kwoéwo !

Totem : Non ! Voyons, on ne peut plus faire des blagues dans cette maison.

Vieux : Continue, un de ces quatre, je te jette à la mer pour de bon ! Un vaux-rien comme ça ! Ebokènou ntô oléma ? Mi lio do fiya fifia, édjidjié !

Totem : Hey Bamboula, j’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir mais je n’arrive pas guérir ton fils. Son cas est grave, même en Europe on ne pourra pas le traiter. Il faut fouiller dans vos traditions. Franchement, ça me dépasse.

Vieux : Gnawo ! C’est toi qui me parle de tradition aujourd’hui ? N’est-ce pas vous qui les traitez de diabolique ?

Totem : On vous a dit ça ! Est-ce qu’on vous a forcé à nous croire ? Rire. Tu sais moi j’ai chaud, viens me laver…

Vieux : Noukè n’ti olé ingrat néné ma ? Des fois je regrette de t’avoir sorti de la merde. J’aurais dû te laisser à la merci des casseurs. Tu ne serais aujourd’hui qu’un tas de cailloux quelque part dans un dépotoir. J’ai pris le risque de te porter jusqu’ici pour te mettre à l’abri. Je t’ai trop fait confiance. Egbéa, écoute ce que tu me racontes ! Tu as chaud ? Si tu n’aimes pas la chaleur pourquoi ne retournes-tu pas en Europe ? Si tu es aussi fort que tu le prétends, extirpe ton esprit de ce tas de ciment ? Ton chapeau là ne te protège pas du soleil ? T’es là, tous les jours, les mains dans les poches ! Je te supplie de m’aider mais rien. Fais venir les poissons, rien ! La mer nous chasse de nos terres, rien ! Sauve mon fils de la folie, rien ! Obé ça me dépasse !

Totem : Sommes-nous au tribunal ? Pauvre vieux. Tu me fais pitié tu sais ! Sois objectif avec toi-même. S’il y a la merde dans ta maison, c’est parce que tu n’as pas été capable de la gérer. Tu passes ton temps à te plaindre. Quand les gens se révoltaient et s’organisaient pour changer les choses, n’étais –tu pas de ceux qui complotaient contre les vôtres. N’as-tu pas eu des récompenses en contrepartie ? Quand les gens sont venus bâtir les ports et autres forts, n’avez-vous pas accepté qu’on viole vos plages et vos mers sans vergogne ? Maintenant, qu’il n’y a plus de poissons et que l’érosion côtière avance à pas de Baobab, tu viens ici pleurnicher ! Ce n’est pas vos traditions qui disent que : Tout ce que tu avales, tu devras le ressortir un jour ? Rire, C’est donc fini, l’époque où tu m’exhibais et ventais mes qualités ? Arrête de me parler d’ingratitude et viens me laver… »
Le ton avec lequel, il parlait au vieux m’a dégouté. Je l’ai observé dans tous les sens et préféré sortir de cette concession possédée. Le vieux s’est tu et s’est exécuté. Je me suis rappelé de la phrase de Rumi : Elève tes mots, pas ta voix. C’est la pluie qui fait pousser la fleur, pas le tonnerre. Les deux hommes vont peut-être continuer leur discussion. L’un parlait par la pensée, là immobile, les mains dans les poches, des longues-vues autour du cou, une casquette de colon sur la tête. Il s’est refugié dans le corps de beaucoup de Nègres, pour les détourner d’eux-mêmes. L’autre, lui répondait par le murmure, un de ces complexes de subordination qu’ils ont légués à leurs fils, et qui les précipite dans la tourmente aujourd’hui. Comment son fils a-t-il pu répondre à un ordre pareil, sachant de surcroît qu’il y avait sa femme enceinte dans la foule ? Son visage d’un noir éclatant et son corps, marqués par la vie et les coups durs qui les ont rythmés, se mouvaient avec délicatesse.

Le souci d’un père est de voir ses enfants réussir. Un enfant égaré, est un énorme fardeau pour ses parents et sa société. Sur la plantation le maître a changé de couleur, il a gardé les mêmes accoutrements jusque dans les reflexes les plus décomplexés. Quelle place pour l’Avenir dans des sociétés brutalisées où l’on préfère rentrer dans la peau du bourreau pour se faire une place dans la Vie ? Une question que j’irai méditer surement en gardant à l’esprit, en tant que Guerrier de la Lumière, que : ce qui noie, ce n’est pas le plongeon mais le fait de rester sous l’eau... » #Babalawo, #Elom 20ce, Anyigba, 23 Mai 2071 pour Sôssignalé Part. 6 (03:26 à 04:02)

PS : Les Fourmis ne font de bruits que par les pyramides qu’elles élèvent, les fardeaux qu’elles portent, les idées qu’elles diffusent. »
... Voir PlusVoir Moins

⚡ Le #Vieux et le #Totem dans #Sôssignalé

 🌸 🎥: https://youtu.be/z6oAaCUeO3E

« Totem : Hey le vieux qui ne vieillit pas !  Pourquoi fais-tu cette tête en cette belle journée ensoleillée ? Hum, c’est encore à cause de ton fils qui nous casse les oreilles là ?

Vieux : Avant de tuer la poule, on lui donne à boire ! Bou do kwoéwo !

Totem : Non ! Voyons, on ne peut plus faire des blagues dans cette maison. 

Vieux : Continue, un de ces quatre, je te jette à la mer pour de bon ! Un vaux-rien comme ça !  Ebokènou  ntô oléma ? Mi lio do fiya fifia, édjidjié !

Totem : Hey Bamboula, j’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir mais je n’arrive pas guérir ton fils. Son cas est grave, même en Europe on ne pourra pas le traiter. Il faut fouiller dans vos traditions. Franchement, ça me dépasse.

Vieux : Gnawo ! C’est toi qui me parle de tradition aujourd’hui ? N’est-ce pas vous qui les traitez de diabolique ? 

Totem : On vous a dit ça ! Est-ce qu’on vous a forcé à nous croire ? Rire. Tu sais moi j’ai chaud, viens me laver…

Vieux : Noukè n’ti olé ingrat néné ma ? Des fois je regrette de t’avoir sorti de la merde. J’aurais dû te laisser à la merci des casseurs. Tu ne serais aujourd’hui qu’un tas de cailloux quelque part dans un dépotoir. J’ai pris le risque de te porter jusqu’ici pour te mettre à l’abri. Je t’ai trop fait confiance. Egbéa, écoute ce que tu me racontes ! Tu as chaud ? Si tu n’aimes pas la chaleur pourquoi ne retournes-tu pas en Europe ? Si tu es aussi fort que tu le prétends, extirpe ton esprit de ce tas de ciment ? Ton chapeau là ne te protège pas du soleil ? T’es là, tous les jours, les mains dans les poches ! Je te supplie de m’aider mais rien.  Fais venir les poissons, rien ! La mer nous chasse de nos terres, rien ! Sauve mon fils de la folie, rien ! Obé ça me dépasse !

Totem : Sommes-nous au tribunal ? Pauvre vieux. Tu me fais pitié tu sais ! Sois objectif avec toi-même. S’il y a la merde dans ta maison, c’est parce que tu n’as pas été capable de la gérer. Tu passes ton temps à te plaindre. Quand les gens se révoltaient et s’organisaient pour changer les choses, n’étais –tu pas de ceux qui complotaient contre les vôtres. N’as-tu pas eu des récompenses en contrepartie ? Quand les gens sont venus bâtir les ports et autres forts, n’avez-vous pas accepté qu’on viole vos plages et vos mers sans vergogne ? Maintenant, qu’il n’y a plus de poissons et que l’érosion côtière avance à pas de Baobab, tu viens ici pleurnicher ! Ce n’est pas vos traditions qui disent que : Tout ce que tu avales, tu devras le ressortir un jour ? Rire, C’est donc fini, l’époque où tu m’exhibais et ventais mes qualités ? Arrête de me parler d’ingratitude et viens me laver… »
Le ton avec lequel, il parlait au vieux m’a dégouté. Je l’ai observé dans tous les sens et préféré sortir de cette concession possédée. Le vieux s’est tu et  s’est exécuté. Je me suis rappelé de la phrase de Rumi : Elève tes mots, pas ta voix. C’est la pluie qui fait pousser la fleur, pas le tonnerre.  Les deux hommes vont peut-être continuer leur discussion. L’un parlait par la pensée, là immobile, les mains dans les poches, des longues-vues autour du cou, une casquette de colon sur la tête. Il s’est refugié dans le corps de beaucoup de Nègres, pour les détourner d’eux-mêmes.  L’autre, lui répondait par le murmure, un de ces complexes de subordination qu’ils ont légués à leurs fils, et qui les précipite dans la tourmente aujourd’hui. Comment son fils a-t-il pu répondre à un ordre pareil, sachant de surcroît qu’il y avait sa femme enceinte dans la foule ?  Son visage d’un noir éclatant et son corps, marqués par la vie et les coups durs qui les ont rythmés, se mouvaient  avec délicatesse.  

Le souci d’un père est de voir ses enfants réussir. Un enfant égaré, est un énorme fardeau pour ses parents et sa société. Sur la plantation le maître a changé de couleur, il a gardé les mêmes accoutrements jusque dans les reflexes les plus décomplexés. Quelle place pour l’Avenir dans des sociétés brutalisées où l’on préfère rentrer dans la peau du bourreau pour se faire une place dans la Vie ? Une question que j’irai méditer surement en gardant à l’esprit, en tant que Guerrier de la Lumière, que : ce qui noie, ce n’est pas le plongeon mais le fait de rester sous l’eau... »  #Babalawo, #Elom 20ce, Anyigba, 23 Mai 2071 pour Sôssignalé Part. 6 (03:26 à 04:02)

PS : Les Fourmis ne font de bruits que par les pyramides qu’elles élèvent, les fardeaux qu’elles portent, les idées qu’elles diffusent. »

Commenter sur Facebook

#atikpakpa

Tu es un grand homme. #Elom_20ce

Eleve tes mots, pas ta voie.c'est la pluie qui fait pousser la fleur,pas le tonnerre. J'ai médité......

biento une décennie k tes écri m'étonne, je ne cesserai de tadmirer ou k j'irai, je connu ds légende et t'en fai parti.... #respect

Respect à toi fofo. Je kiffe grave des mots

+ Voir plus de commentaires

1 mois plus tôt

Elom 20ce

"J'ai avalé le poison pour vérifier si j'étais vraiment mortel. Mon cadavre rit toujours silencieusement... En chaque Homme se cache une Lumière divine. Mon Esprit tourne autour du soleil, j'ai le vertige comme la terre... J'ai fais exprès de gerber sur leurs trônes. J'aurais pu le faire sur leurs tombes. Je sais qu'ils ne me pardonneront pas. J'assume mes actes et mes putains de propos. J'espère que les enfants comprendront nos choix. Agbe ba vi ko mia fa. Le système nous pousse à la résignation: Mental de Konkomba. Je ne me prosternerai pas devant vos veaux d'or. La Bête est en rute, traque les rebelles, enferme leurs Esprits s'ils ne peuvent toucher leur corps. Ils ont peur de nous en effet. J'ai empoisonné mon sang pour qu'il assassine les vampires. C'est comme ça que je les tiens à l'écart...

La vie est belle et cruelle. J'ai vu des anges mourir brutalement. Foudroyés par des AVC. Des criminels régner sur des trônes qu'ils ont usurpés. J'ai vu des frères s'endetter pour payer la dot à des soeurs qui les ont pendus la nuit de leurs noces. Ton mari t'a quittée parce que t'as pris du poids, ne pleures pas. Il aime une autre. Si ta femme te quitte parce que t'as perdu ton taff. Réjouis-toi. C'est une épine qui libère le mauvais sang.

Le succès est comme un lampadaire. Allumé, il attire les bestioles de toute sorte. C'est dans la défaite que j'ai connu mes vrais frères. Leurs yeux brillaient dans la nuit comme ces diamants noirs que la Bête convoite...

Ils nous comprendront dans 28 ans. Pour le moment, contemple la guerre qu'on nous fait. Pourtant elle n'est rien comparée à celle qu'on mène contre nous-mêmes et les démons qui autour de nous rôdent...

De quelle loge es-tu ? De quelle obédience ? Un Africain franc-maçon n'est-il pas comme un .... Je te laisse combler ce trou. Pecunière est la carence qui fait de nous des Esclaves comme ces Frères qui bradent leur bled pour un peu de blé.

... Loïc est parti. Vos RIP ne le ressusciteront pas. Un Sage m'a dit qu'il est retourné au Soleil. Sommes-nous des peuples qui adulent nos morts pour les mépriser vivants ? Quand mon souffle s'évanouira, épargnez-moi de vos requiem et oraisons funèbres. Livrez mon temple aux asticots, qu'ils se goinfrent à satiété. Léonora m'a dit, les batailles perdues sont celles que l'on n'a pas menées..." #MonCorpsEstUnChampDeBataille, Ghana, 21 May 2071, #Elom20ce Pic by Jahjah
... Voir PlusVoir Moins

Jai avalé le poison pour vérifier si jétais vraiment mortel. Mon cadavre rit toujours silencieusement... En chaque Homme se cache une Lumière divine. Mon Esprit tourne autour du soleil, jai le vertige comme la terre... Jai fais exprès de gerber sur leurs trônes. Jaurais pu le faire sur leurs tombes. Je sais quils ne me pardonneront pas. Jassume mes actes et mes putains de propos. Jespère que les enfants comprendront nos choix. Agbe ba vi ko mia fa. Le système nous pousse à la résignation: Mental de Konkomba. Je ne me prosternerai pas devant vos veaux dor. La Bête est en rute, traque les rebelles, enferme leurs Esprits sils ne peuvent toucher leur corps. Ils ont peur de nous en effet. Jai empoisonné mon sang pour quil assassine les vampires. Cest comme ça que je les tiens à lécart...

La vie est belle et cruelle. Jai vu des anges mourir brutalement. Foudroyés par des AVC. Des criminels régner sur des trônes quils ont usurpés. Jai vu des frères sendetter pour payer la dot à des soeurs qui les ont pendus la nuit de leurs noces. Ton mari ta quittée parce que tas pris du poids, ne pleures pas. Il aime une autre. Si ta femme te quitte parce que tas perdu ton taff. Réjouis-toi. Cest une épine qui libère le mauvais sang.

Le succès est comme un lampadaire. Allumé, il attire les bestioles de toute sorte. Cest dans la défaite que jai connu mes vrais frères. Leurs yeux brillaient dans la nuit comme ces diamants noirs que la Bête convoite...

Ils nous comprendront dans 28 ans. Pour le moment, contemple la guerre quon nous fait. Pourtant elle nest rien comparée à celle quon mène contre nous-mêmes et les démons qui autour de nous rôdent...

De quelle loge es-tu ? De quelle obédience ? Un Africain franc-maçon nest-il pas comme un .... Je te laisse combler ce trou. Pecunière est la carence qui fait de nous des Esclaves comme ces Frères qui bradent leur bled pour un peu de blé.

... Loïc est parti. Vos RIP ne le ressusciteront pas. Un Sage ma dit quil est retourné au Soleil. Sommes-nous des peuples qui adulent nos morts pour les mépriser vivants ? Quand mon souffle sévanouira, épargnez-moi de vos requiem et oraisons funèbres. Livrez mon temple aux asticots, quils se goinfrent à satiété. Léonora ma dit, les batailles perdues sont celles que lon na pas menées...  #MonCorpsEstUnChampDeBataille, Ghana, 21 May 2071,  #Elom20ce Pic by Jahjah

Commenter sur Facebook

fofo mes respects

one love

Dose adultes...

Tu es un grand homme.

👉👉Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée; Bonne début de semaine remplit de lumière divine à tous 🙏🙏🙏🙏🙏🙏 #Dos héros #Sossignalé #God First

Apres analyse profonde du texte,j'ai compris que les 50% ,les 25% resteront à jamais avec Elom lui même,les 25% restant resteront avec DIEU le père...

Toi t'es trop bon

ça me rappelle juste que j'ai du taf!

UN Vrai poète..... Les écrits de la conscience libéré com le disait lucky dubbey ''I'm a free slave''...... Vraiment jem tes écrits 20ce

Le succès est com un lampadaire il attire les bestioles de toute sorte.....

Respect mon Artiste...

#agbe bavi ko mia fa

Slt frérot Elom 20ce bien dopé l texte 90365802 mon num Whatsapp pour plus d'échange avk vous.

Respect

Mes respects,

l'histoire se souviendra suremt de toi... you are too much, au dessu de la mêlée

Afrika iz da present

20celi like makaveli

Quand mon souffle sévanouira, épargnez-moi de vos requiem et oraisons funèbres. ..I like it before reading it

Plus que temps de se remettre au combat !

Waw.. Toujours pointu! Incredible Elom.

Y a pas plus parolier que toi.courage

togbé elom ...vous faites la meme chose ils nous font danser sauter crier mais l artis c est toi sans commentaire tu me fais rêvé

20ce c kil fo pr kon prenn cnscience

SOM NOU 1PEUPL KI ADUL NO MOR PR LES MÉPRIZÉ VIVANT???

+ Voir plus de commentaires

1 mois plus tôt

Elom 20ce

My people, nous critiquons avec légitimité nos dirigeants qui n’investissent pas assez dans l’éducation en Afrique. Nous avons aujourd’hui, l’occasion d’apporter notre petite pierre à l’édifice en soutenant financièrement l’ouverture d’ #Afrosphères : une salle de lecture à Douala (Cameroun).
🌺 #Lien du don ici : www.leetchi.com/c/salle-de-lecture-afrospheres
Afrosphères est porté par Queen Léonora Miano et dédié à la promotion des productions intellectuelles et culturelles du monde afro. Le #Panafricanisme, c’est également ça. Je vous remercie d’avance pour vos contributions. Merci de partager, et d'en parler autour de vous. 2000 euros en 3 jours, c'est possible, si chacun fait un geste. #AfrikaIzDaPrezent*, si on ne la construit pas, personne ne le fera à notre place. Bon weekend. Peace. 🙏🏾✊🏾
... Voir PlusVoir Moins

My people, nous critiquons avec légitimité nos dirigeants qui n’investissent pas assez dans l’éducation en Afrique. Nous avons aujourd’hui, l’occasion d’apporter notre petite pierre à l’édifice en soutenant financièrement l’ouverture d’ #Afrosphères : une salle de lecture à Douala (Cameroun).
 🌺 #Lien du don ici : https://www.leetchi.com/c/salle-de-lecture-afrospheres
Afrosphères est porté par Queen Léonora Miano et dédié à la promotion des productions intellectuelles et culturelles du monde afro. Le #Panafricanisme, c’est également ça. Je vous remercie d’avance pour vos contributions. Merci de partager, et den parler autour de vous. 2000 euros en 3 jours, cest possible, si chacun fait un geste. #AfrikaIzDaPrezent*, si on ne la construit pas, personne ne le fera à notre place. Bon weekend. Peace.  🙏🏾✊🏾
Charger plus