1er couplet – Avenon

On a du pain sur la planche, peuple de Cham. L’esprit dans les chaînes, toujours dans les champs. Courbe l’échine, à cultiver l’espoir mon peuple se décime. Indécis certains attendent l’avènement d’un messie /Non merci. Ta bonne nouvelle viens pas me prêcher, Laisse-moi porter le poids de mes péchés. La prestation des dieux se paye chère. Sossignalé, mais les soucis s’alignent, s’associent au salaire, aux factures salées et au sentiment d’être esseulé. Sossignalé, famille manon dodé enabé, mouvatchi bgé, vatchimgbé. Fatigué et abusé par leur système répressif, esclave à l’état civil. Babylon veut détruire ma mélanine. Mais l’art nègre à l’esprit rebelle se mêle et m’anime et font de moi un Asrafo; Adjavo, léminkoua om voho.

Refrain x 4

Sôssignalé, Nougnoé bé gamé mou va yi non dé

Malé élana bé mila va tsiayaméa ?

 

2ème  couplet – Elom 20ce

 

L’Amour, la naissance et la mort. Du sperme au squelette… Flashback ! Je me rappelle de l’époque où on jouait au foot dans la poussière avec des pommes sauvages. Atôkliko, kpégo ! Om da bille kpoa ? Om po djaskéléa ? Om gnao lé school kpoa ? Pour des frais de scolarité non payés ou pour des bêtises ! Oh ! « Elève électrique » sur les bulletins. Ouais ! Ça c’était au Lycée. Aujourd’hui j’fais danser la foudre dans le crâne des colons comme Cabral, Amzat Boukari ou Fanon. Fruit d’une terre qui a connu les fers, les fouets, les guerres et les dictatures. Voadé, nos blessures nous ont éduqué. Les erreurs nous ont enseigné que Tôméyila yé gbanazé et que Emonzonla yé kli na kpé…

Refrain x 4

 

3ème  couplet – Prince Mo

La vérité se cache sur terre dans un monde imaginaire. L’humanité  est partie en guerre à la recherche du Père. Les sacrifices religieux, envie d’être heureux, envie d’être deux, envie de vivre mieux. Je chante, le mic encercle les têtes comme un voile de coton en plein désert face à la tempête qui couvre ma tête. Je marche l’horizon inconnu, suivant ma destinée, à la recherche de la lumière pour mes coéquipiers. Le temps s’écoule, enchaîne et nous laisse des marques. La bouche s’ouvre quand le cœur bat et ça laisse des traces. Le soleil fidèle, brille et chauffe le miel. Des prières s’envolent et s’en vont toucher le ciel. Gbègbéyé donkoussou gbé fonfon, Agbétô gbé vonvon, N’tilan gbé gbongbon. Sôssignalé, Nougnoé bé gamé mou va yi non dé Malé élana bé mila va tsiayaméa ?

 

Refrain x 4

Comments.

Currently there are no comments related to this article. You have a special honor to be the first commenter. Thanks!

Leave a Reply.

* Your email address will not be published.
You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>